Statement

A l'heure où le Black Metal n'est plus que dérision, folklore d'adolescent, une médiocre blague d'une asexualité batarde, ainsi qu'un mouvement proliférant depuis plusieurs années la masturbation d'une scène "ouverte d'esprit", une continuité se complaisant dans ses déjections puantes, tout en pérennisant l'entente avec une scène Death Metal consanguine et autres mouvements fécaux tout aussi risible,
Damned Land Production se dresse par sa crasse Underground, tête haute, nostalgique de la vieille scène Black Metal Française des 90's et autres restes de rares sphères aussi intègres que suintant le Mal et la Haine pure sous un code moral inébranlable.

Une marche crachant sur la prostitution sur forums et autres rassemblements communautaires collégiaux où s'entasse nombre d'individus aussi juvéniles qu'incompétents.
Un renfermement qui lève hautes les noblesses du mépris afin d'assoir sa notoriété d'une droiture d'acier dans une orgie maladive d'un Black Metal Intègre et autres jouissances de musiques occultes (Dark Ambient, Noise...)
Une doctrine inhérente qui a pour but de s'éloigner de la masse infecte pour mieux la vomir.
Une dévotion aussi éthylique que convulsive d'un rejet total de la scène Metal, cette dernière ressemblant plus à Woodstock qu'à un mouvement à respecter.
C'est dans cette existence forgée à l'extreme du mépris que DLP ronge fièrement une substantifique putréfaction d'un reste intègre.
Pour un sectarisme hautain et absolu. Une noirceur nommée entité d'aversion.

DAMNED LAND PRODUCTION 

:HGH:

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site